Penser le travail autrement

La philosophie du travail est une philosophie théorique. Elle ne s’oppose pas à la philosophie appliquée au travail telle qu'elle est présentée dans la page "Prestations", mais la complète. Elle consiste à interroger le travail sous toutes ses formes et ses coutures, en commençant par la plus simple des questions, qui peut toutefois nous plonger dans un abime de perplexité si on se prête sérieusement au jeu : qu’est-ce que le travail ?

Le travail n’est pas une invention contemporaine. Nous sommes nés avec, comme espèce. C’est grâce à lui que nous avons pu conquérir tous les biotopes de la planète, même les plus ingrats – le désert ou les calottes polaires –  alors que tous les autres êtres vivants ne changent d’écosystème que sous condition de mutation biologique. C’est grâce à lui et à notre intelligence technique, à notre savoir-faire accumulé tout au long de notre histoire, que nous pouvons aujourd’hui aller sur la lune ou transmettre instantanément des informations à l’autre bout de la planète.

Les formes du travail changent selon les civilisations. Celui qui nous occupe depuis la révolution industrielle, en est donc une, parmi d’autres possibles. La philosophie du travail, dans son registre anthropologique, ne porte pas spécifiquement sur le travail contemporain, mais permet de l’interroger. Elle pose des questions que nous ne nous posons plus. Elle peut nous alerter sur des dérives, notamment au premier chef, l’oubli de la nature et la menace que nous faisons peser sur nous, à travers elle.

Vous trouverez à l'œuvre cette philosophie théorique sous la page "Musée imaginaire du travail" et sur le bloc-notes "Penser le travail autrement".